May Day

L'HISTOIRE DU MAY DAY

Le May Day inaugure le cinquième mois de l'année civile moderne càd le mois de mai.

L'appellation du mois de mai trouve son origine en l'honneur de la déesse Maia, nymphe des montagnes Grecques et qui a été identifiée par la suite comme étant la plus d'entre ses sept soeurs, les pléiades. Avec Zeus, elle était aussi la mère d'Hermes, le dieu de la magie. Les parents de Maia étaient Atlas et Pleione, nymphe des mers.

Les premières célébrations de la fête de mai apparurent durant l'époque du pré-christianisme en Europe.

Dans l'antiquité celtique, la célébration du May Day a été appelée Beltane, dieu de la lumière ou du soleil (Bel, Beli ou Belin). Celle-ci a également pu être attribuée à Baal, dieu du Moyen-Orient. Pour les Celtes, Beltane était une fête où les feux étaient destinés à marquer le début de l'été. 

Le May Day tel qu'il est célébré aujourd'hui est une importation européenne, (croyez-le o non), provenant d'Italie. Les habitants de la Rome antique honoraient "Flora" la déesse des fleurs et du printemps, lors d'un festival appelé Florialia. La déesse était représentée par une petite statue couronnée de guirlandes. Une procession de chanteurs et de danseurs portaient la statue jusqu'à un arbre sacré et paré de fleurs.

Les festivités et célébrations du mois de mai étaient jadis le point culminant de l'année dans chaque ville et village à travers la Grande-Bretagne.
Même s'il n'est pas aussi populaire aujourd'hui que par le passé, on semble à nouveau se réjouir de nos jours d'une certaine forme de "come back".

Bien que les célébrations païennes se soient peu à peu éteintes après la christianisation de l'Europe, une version plus laïque de la fête a continué à être observée dans les écoles et les églises de l'Europe au 20ème siècle. Aujourd'hui, le May Day en Angleterre est surtout connu pour ses traditions telles que le Maypole (danse du mât de cocagne), le couronnement de la "Queen of the May" (Reine de Mai) et le Morris Dancing. 

LES COUTUMES DU MAY DAY

Le Maypole

Une des coutumes populaires du "Mayday" était la fabrication d'un "mât de cocagne". Les villageois partent alors très tôt le matin dans le bois le plus proche pour y abattre un jeune arbre. L'arbre (généralement un grand bouleau) est dépouillé de ses branches, sauf au somment (où les feuilles symbolisent la vie nouvelle) et traîné ou porté vers un espace ouvert tel que la place du village ou une plaine. Il est ensuite décoré avec des guirlandes de fleurs et des rubans. Les historiens estiment que l'abattage de l'arbre de mai représentait le droit des villageois de couper du bois librement dans la forêt.

Les danses étaient traditionnellement effectuées par les femmes mais elles sont à présent devenues une activité populaire pour les enfants. Les enfants tiennent chacun un des rubans de couleur et encerclent le "maypole" en sautillant. Lorsque certains d'entre eux prennent une direction d'autres se dirigent en sens inverse. Ils changent de direction à des moments bien précis. Durant la danse, les enfants se passent les rubans les uns aux autres jusqu'à ce que ceux-ci soient tressés ensembles et rassemblés tout autour et le plus près possible du "maypole". Lorsque le cercle se trouve réduit au maximum, la danse s'inverse et les rubans se détendent à nouveau jusqu'à ce que les danseurs retrouvent leurs places d'origine...

Morris dancing

Morris dancing est une forme traditionnelle anglaise de danses folkloriques pratiquées également dans d'autres pays anglo-saxonx tels que les Etats-Unis et en Australie. Les racines de la danse Morris semblent être très anciennes et datent probablement du Moyen Age. Plus ou moins à partir du mois d'avril et durant les mois du début de l'été des troupes de danseurs enrubannés effectuant la Morris Dancing apparaissent sur les places de marchés des villes et villages. Durant le mois de mai il est fréquent de les voir exécuter leurs danses médiévales accompagnés de leurs batons, sons de cloches et tambours.

Ils dansent dans les rues vêtus de costumes chapeaux, rubans et des clochettes sont accrochées à leurs chevilles.
Il y a souvent un homme qui porte une vessie de porc gonflée au bout d'un bâton avec laquelle il cherche à frapper des jeunes femmes dans la rue.
Ceci étant censé porter chance !